Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Eau et activités économiques - Autres impacts potentiels de l’agriculture sur les milieux aquatiques

Autres impacts potentiels de l’agriculture sur les milieux aquatiques

L’activité agricole peut avoir d’autres impacts sur le milieu : l’érosion des sols due à plusieurs facteurs (sol à activité biologique plus faible, labour qui le fragilise, haies moins présentes, cultures à risque, diminution des zones enherbées et des fossés) et l’altération des milieux aquatiques (cours d’eau, réservoirs, eaux souterraines).

Lutter contre l’érosion des sols

L’érosion des sols par l’eau provoque régulièrement des dégâts dans les zones sensibles du bassin ; cette problématique est particulièrement prégnante dans le Lauragais ainsi que sur les coteaux de Gascogne et de la Chalosse landaise.

Ces dégâts sont de plusieurs types :

  • coulées de boues (risque d’envasement des plans d’eau et des retenues collinaires entre autres),
  • apparition d’eau trouble et diminution de la qualité de l’eau,
  • aggravation du risque d’inondation,
  • diminution des ressources en eau (perte de l’eau qui ruisselle, limitant le rechargement des nappes et des réserves en eau des sols),
  • dégâts des cultures : l’érosion diminue les rendements, nécessite de nouveaux semis et augmente le risque d’apparition d’une phytotoxicité des plantes

Données 2006

 

La lutte contre l’érosion des sols passe par

  • le maintien d’un sol et d’un milieu vivants (activités biologiques des sols favorisés, cultures appropriées, mise en place de haies, de bandes enherbées, de parcelles de taille raisonnable en zone sensible…),
  • certains aménagements hydriques en respectant les zones humides naturelles,
  • le maintien de fossés (avec un curage modéré) et talus végétalisés.

Maintenir les haies et les bandes enherbées

La suppression des haies et des bandes enherbées engendre un ruissellement excessif de l’eau, notamment sur les terrains en pente. Ce ruissellement entraîne alors les matières du sol et peut provoquer un colmatage des rivières.

Pour limiter ces problèmes, il est conseillé de maintenir ou de planter des haies, en particulier sur les terrains en pente ou près des cours d’eau. Le développement de bandes enherbées près des cours d’eau permettra aussi de limiter le ruissellement, de fixer l’azote et les produits phytosanitaires.

Ne plus drainer les zones humides

Pendant très longtemps, les agriculteurs ont drainé les zones humides pour les rendre cultivables. Mais cette technique a des effets pervers puisqu’elle détruit les fonctionnalités de ces zones. Elle réduit leur effet tampon, ce qui peut diminuer le débit des cours d’eau, colmater le cours d’eau et modifier sa biodiversité.

 

  (espace.rural @ eau-adour-garonne.fr)