Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Eau et activités économiques - L’agriculture sur le bassin Adour-Garonne

L’agriculture sur le bassin Adour-Garonne

©Pierre Barthe-AEAG

Adour-Garonne est un bassin majoritairement rural, où l’activité agricole et viticole occupe une place importante, avec des cultures céréalières, des cultures maraichères, de la polyculture et de l’élevage (bovins, ovins, caprins, palmipèdes, …). Autant d’activités liées à l’eau, en termes de besoins comme d’impacts.

Un bassin à dominante agricole

Sur le bassin Adour-Garonne

  • La surface agricole utile (SAU) est de 5,3 millions d’ha soit 45 % de la superficie du bassin et 20 % de la SAU nationale.
  • Les 118 000 exploitations (soit 1/3 des exploitations françaises) emploient 175 000 personnes sur le bassin Adour-Garonne.
  • Le poids de l’agriculture dans les PIB régionaux (4,2 %) est très supérieur à la moyenne nationale (2,8 %)

Des productions variées

La variété des reliefs, des climats et des terroirs a généré une grande diversité de productions, dont les principales orientations sont les grandes cultures, l’élevage de bovins, d’ovins et de caprins, une polyculture-élevage et de grandes zones de viticulture (Bordeaux, Cahors, Cognac, Gascogne, Fronton, Gaillac, Bergerac, etc.).

De nombreuses exploitations sont sous label : 20% des exploitations produisent avec un signe d'identification (AOC ou AOP, IGP, label).

De plus, L’agriculture biologique est extrêmement dynamique (+ 15 % entre 2016 et 2017) avec 13 500 exploitations certifiées ou en conversion sur le bassin, pour un total de 650 000 ha. L’Occitanie est la première région de France avec 295 000 ha certifiés en 2017 et 127 000 ha en conversion.

 Des filières diversifiées :

Cette diversité a permis de développer un grand nombre de filières agroalimentaires adaptées et  implantées dans toutes les régions d’Adour-Garonne.

 

 

 

 

Crédit photo ©Pierre Barthe-AEAG