Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Eau et activités économiques - Les risques de pollution liés à l’agriculture

Les risques de pollution liés à l’agriculture

Dans ses activités d’élevage ou de culture, l’agriculteur peut occasionner des rejets polluants qui gagnent les rivières ou s’infiltrent dans les nappes d’eau souterraine.

L’activité agricole génère deux types de pollutions

  • les pollutions ponctuelles peuvent être la conséquence soit de manipulations “accidentelles” de produits phytosanitaires soit de pollutions dues aux bâtiments d'élevage.
  • les pollutions diffuses proviennent quant à elles de mauvaises pratiques de fertilisation ou de traitements phytosanitaires.
    Elles peuvent aussi provenir d'une mauvaise gestion des terres et d’un aménagement de l’espace et des parcelles ne permettant plus de limiter l'érosion ou les transferts de polluants à l'échelle du bassin versant,

Certaines pratiques agricoles ont également des impacts sur le milieux aquatiques ou l'érosion des sols.

Des pollutions difficiles à quantifier

Ces pollutions sont particulièrement difficiles à évaluer et à réduire à cause de la multiplicité des sources possibles, la complexité des transferts de polluants dans l'environnement et les décalages dans le temps entre l'émission des polluants et leur mesure dans le milieu.

La lutte contre les pollutions diffuses, enjeu d’Adour-Garonne

Le bassin Adour-Garonne, par son caractère très agricole, est très concerné par les pollutions diffuses et ponctuelles liées à l’activité agricole.

Le SDAGE a fait de la lutte contre les pollutions diffuses une de ses quatre priorités.
En effet, on estime que les  nitrates sont en cause pour 70 % des masses d’eau superficielles risquant de ne pas atteindre le bon état chimique.
Pour les masses d’eau souterraines, 38 % des masses d’eau n’atteindront pas le bon état 2015 pour des problèmes de pesticides et 25 % pour des problèmes de nitrates.

Enjeu majeur : protéger les captages d’eau potable

La préservation de la ressource en eau potable est un enjeu majeur sur le bassin Adour-Garonne, notamment dans des régions comme Poitou-Charentes, particulièrement soumise aux pressions agricoles sur un territoire très vulnérable.

Dans les zones particulièrement concernées, l'action préventive au niveau du captage et de son aire d'alimentation s'impose. Cette action coûte généralement moins cher à une collectivité que des travaux d’interconnexion qu’il faudrait engager pour s’alimenter à partir d’un autre captage.

L'Agence de l’eau accompagne les efforts faits par le monde agricole pour maîtriser les impacts ponctuels et diffus de son activité sur la qualité de l'eau.

 

Pesticides et risques

Le rapport de la mission commune d'information du Sénat sur les pesticides (fin 2012) dresse cinq constats :
dangers et risques des pesticides sous-évalués
- suivi des produits après leur mise sur le marché mal  assuré au regard des impacts sanitaires réels et effet des perturbateurs endocriniens mal pris en compte,
- les protections contre les pesticides ne sont pas à la hauteur des risques,
- les pratiques industrielles agricoles et commerciales actuelles n'intègrent pas assez la préoccupation de l'innocuité pour la santé du recours aux pesticides,
- le plan Ecophyto doit être renforcé.