Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Eau et activités économiques - L'Impact de l’agriculture sur l’eau et les milieux

L'Impact de l’agriculture sur l’eau et les milieux

©Didier Taillefer-AEAG

Dans ses activités d’élevage ou de culture, l’activité agricole peut générer des pollutions qui gagnent les rivières ou s’infiltrent dans les sols jusqu’aux nappes d’eau souterraines.

Le SDAGE 2016-2021 montre que les pollutions liées aux nitrates et aux pesticides restent fortes sur la majorité des masses d’eau rivières, lacs et nappes souterraines.

Origine des pollutions

Les pollutions peuvent être liées aux pratiques agricoles. En effet, les produits phytosanitaires et fertilisants deviennent polluants dès qu’ils se dispersent en dehors des parcelles soit par surdosage, soit par dérive éolienne, soit par ruissellement ou érosion des sols. On parle alors de pollutions diffuses.

Elles peuvent être provoquées également par des stockages défaillants des effluents d’élevage voire par des rejets directs dans les milieux naturels.

Une atteinte à la qualité de l’eau et des milieux aquatiques à long terme

La spécificité de ces pollutions est le décalage temporel entre le moment de l’utilisation des produits et leur détection dans l’eau et les milieux aquatiques. Ceci se traduit aussi par la rémanence de ces produits dans l’eau, notamment dans les eaux souterraines (majoritairement utilisées pour l’alimentation en eau potable sur le bassin Adour-Garonne).

Un enjeu majeur : protéger les captages d’eau potable

La priorité du bassin Adour-Garonne est la protection de l’eau utilisée pour produire de l’eau potable. Aujourd’hui, l’eau contient des nitrates et/ou des produits phytosanitaires dans une grande majorité des captages.

Dans les zones particulièrement concernées, l’action préventive au niveau du captage et de son aire d’alimentation s’impose. L’agence de l’eau focalise alors ses aides pour modifier les pratiques afin de rétablir la qualité de l’eau à long terme. L’enjeu est de pouvoir délivrer à la population une eau de qualité à un coût acceptable et éviter la fermeture du captage pour cause de non conformité.

Crédit photo ©Didier Taillefer-AEAG