Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Eau et activités économiques - L’hydroélectricité

L’hydroélectricité

La production hydroélectrique moyenne sur le bassin Adour-Garonne est de 15 000 GWh par an, soit 20 % de la production hydroélectrique nationale. Le parc important des réservoirs représente un stock de 2,5 milliards de m3. 126 millions de m3 de ce stock est actuellement dédié au soutien d'étiage.

Une activité très présente sur le bassin Adour-Garonne

Sur le bassin, 2 % des masses d'eau sont qualifiées de masses d’eau fortement modifiées (MEFM), essentiellement en raison des pressions de l'hydroélectricité sur l'hydrologie ou la morphologie des cours d'eau (obstacle aux sédiments, à la migration des organismes aquatiques).

Le développement des énergies renouvelables, voulu par la directive énergies renouvelables, peut  conduire à augmenter les pressions sur les milieux aquatiques (risque d'une multiplication des petites installations et d'une modification de la gestion des grands ouvrages). Toutefois, le classement des cours d'eau au titre de l'article L214-17 du Code de l'Environnement qui entrera en vigueur le 1er janvier 2014, devrait permettre de préserver les cours d'eau les plus remarquables du bassin.

Enfin, la libéralisation du marché de l'énergie et les évolutions de la demande, sont autant de facteurs susceptibles d'avoir des impacts sur la disponibilité et la gestion des ressources en eau du bassin.

Une activité suivie par l’agence de l’eau

L’hydroélectricité et ses conséquences sur les milieux aquatiques constituent un enjeu particulièrement important en Adour Garonne. Il a été pris en compte dans le SDAGE et le 10e programme d’intervention de l’agence de l’eau : déstockage, gestion des éclusées, gestion des sédiments, mise en œuvre et contrôle des redevances liées à l'hydroélectricité,….

L’Agence développe des partenariats permettant de limiter les pressions exercées par l'hydroélectricité sur l'eau et les milieux (producteurs d’hydroélectricité, établissements publics territoriaux de bassin, services de l'État, ...)