Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Eau et territoires - Les contrôles de l’eau potable

Les contrôles de l’eau potable

L’eau potable est le produit “alimentaire” le plus contrôlé.
Une eau est dite potable quand elle satisfait à un certain nombre de caractéristiques la rendant propre à la consommation humaine.

Deux types de contrôles

La qualité de l'eau potable y est soumise, que son distributeur soit public ou privé.

Un contrôle officiel

Ponctuel, il relève de la compétence des pouvoirs publics (Agence régionale de santé - ARS). Il s'agit là du contrôle réglementaire fondamental.
En France, il porte sur l'ensemble du système de distribution : points de captage, stations de traitement, réservoirs, réseaux de distribution, centres aquatique (piscines...), campings, restaurants.

Les échantillons d'eau prélevés aux différents points de contrôle sont analysés par des laboratoires agréés par le ministère chargé de la Santé qui en fixe la nature et la fréquence. Elles dépendent notamment de la taille de la collectivité desservie : plus celle-ci est grande, plus les contrôles sont fréquents. Le nombre de châteaux d'eau ou stations d'approvisionnement d'eau potable influence la nature et la fréquence des analyses.

Une auto surveillance

Permanente, elle est le fait des exploitants des services de distribution (régies municipales ou sociétés déléguées). Peu de municipalités la pratiquent en dehors des prélèvements obligatoires, qui incombent financièrement aux communes.

Des analyses prescrites par arrêté ministériel

L'arrêté d'autorisation délivré par le ministère de la Santé détermine les points où les prélèvements aux fins d’analyse doivent être pratiqués :

  • au niveau de la ressource (dans le cours d'eau ou la nappe souterraine) ;
  • au niveau de la production, c'est-à-dire après traitement dans une usine de  potabilisation et avant l'envoi de l'eau potable dans le réseau de distribution ;
  • dans le réseau de distribution directement chez les particuliers. Il s'agit là d'une innovation importante du décret 2001-1220 : pour les eaux fournies par un réseau de distribution, les limites et références de qualité doivent être respectées au point où les eaux sortent des robinets. 
  • Il existe cependant certaines restrictions chez un particulier : 
  1. le réseau n’est pas raccordé à un adoucisseur d'eau (altération chimique),
  2. les particuliers qui se sont absentés durant les quinze derniers jours (si l'eau stagne dans le réseau, elle peut être impropre au niveau bactériologique),
  3. l'alimentation est réalisée à partir d’un puits personnel (altération chimique et bactériologique).