Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Eau potable et assainissement - Aider à la mise aux normes des dispositifs d’assainissement non collectif

Aider à la mise aux normes des dispositifs d’assainissement non collectif

Un million de foyers sur le bassin Adour-Garonne sont concernés par l’assainissement non collectif (ANC), dont le contrôle est confié aux SPANC (Services Publics de l’Assainissement non Collectif), sous la responsabilité des collectivités. L’Agence est un partenaire des politiques publiques en la matière et partie prenante dans la réflexion pour l’optimisation de l’ANC.

Pour mesurer l’efficacité des actions, l’Agence a réalisé une étude d’évaluation de sa politique d’intervention sur la période 2005-2015, dans l’optique de préparer le 11e programme.

Entre 2013 et 2017, l’engagement de l’Agence représente  :

 

 

63,8 millions d'euros d’aides attribuées
14 800 installations réhabilitées

 

Focus sur l’assainissement non collectif

L’assainissement non collectif (ANC) constitue la solution technique et économique la mieux adaptée lorsque l'habitat est diffus. Ce type d’assainissement concerne les maisons d’habitations individuelles non raccordées à un réseau public de collecte des eaux usées, qui doivent en conséquence traiter leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel (sol ou milieu superficiel).

Solution à part entière, l’ANC est une alternative au réseau public de collecte pour prévenir les risques sanitaires ou environnementaux. Les installations d’ANC doivent permettre de collecter et traiter l’ensemble des eaux usées d’une habitation : eaux vannes (eaux des toilettes) et eaux grises (lavabos, cuisine, lave-linge, douche, etc.).

Dispositif compact d'ANC ©Robert Estrade-AEAG