Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Etat des ressources Gestion quantitative - Gestion quantitative de la ressource

Dans cette rubrique


Gestion quantitative de la ressource

Un manque d’eau l’été

Le bassin Adour-Garonne connaît régulièrement des étiages sévères, résultant d’un déséquilibre entre les prélèvements et les ressources disponibles.

Ces situations tendues nécessitent une gestion de l’eau permettant de satisfaire l’ensemble des usages économiques, en particulier l’alimentation en eau potable et de préserver les débits nécessaires à la vie aquatique.

Le document suivant synthétise les éléments permettant de mieux comprendre l’origine de la sécheresse, ses impacts, ainsi que les moyens à notre disposition pour les réduire.

Sécheresse : origines, conséquences et actions de l’agence de l’eau Adour-Garonne

Les ressources en eau en Adour-Garonne

Les ressources disponibles sur le bassin Adour-Garonne sont soit naturelles (ruissellements directs ou retardés transitant par les nappes en relation avec le cours d'eau, lacs naturels, etc.), soit artificielles (réservoirs, canaux, ...).

Des fluctuations saisonnières des ressources naturelles.

Avec une pluviométrie moyenne annuelle de 90 milliards de m³, les écoulements moyens sur le bassin sont de l'ordre de 35 milliards de m³. Mais ces abondantes ressources, du fait des régimes hydrologiques des cours d'eau, sont inégalement réparties sur l'année.

Des réserves artificielles pour soutenir les faibles débits :

 

Les réserves artificielles du bassin Adour-Garonne représentent plus de 640 millions de m3, mobilisables directement ou indirectement pour soutenir les débits d’étiage des fleuves et des rivières :

  • près de 300 millions de m3 dans de grands réservoirs (barrages de plus de 2 millions de m3) : dédiés au soutien des étiages, répartis sur les axes déficitaires identifiés dans le SDAGE.
  • près de 50 millions de m3 dans des retenues de capacité moyenne (0,5 à 1 million de m3)  dédiés à l’irrigation et/ou à l’eau potable à partir d’une cinquantaine d’ouvrages.
  • près de 290 millions de m3 dans
    environ plus de 15 000 retenues collinaires ou retenues de substitution.

     

Le lac de Pareloup dans l'Aveyron

 

 

 

Les grandes réserves destinées à l’hydroélectricité stockent de l’ordre de 2,3 milliards de m3 dont plus de 160 millions sont mobilisables en période estivale pour soutenir les débits des cours d’eau.

Les prélèvements en Adour-Garonne, quelques chiffres

Dans le sud-ouest, la période de faibles débits naturels correspond à la période de
pointe des prélèvements d’eau (juillet-août). Ainsi le bassin Adour-Garonne
connaît régulièrement des étiages sévères, résultant de prélèvements en
eau supérieurs à la ressource disponible (déséquilibre quantitatif). 

 

Source : redevances agence de l’eau – le calcul sur
la période d’étiage est réalisé par extrapolation du %2003-2007, le détail des
volumes sur la période d’étiage n’étant plus connus depuis 2008

 

 

Source : redevances Agence de l’eau - hors
prélèvements de la centrale nucléaire EDF du Blayais

 

Source : redevances Agence de l’eau - hors
prélèvements de la centrale nucléaire EDF du Blayais

Un suivi des débits « en temps réel »

Afin de suivre finement les variations hydrologiques, les niveaux d’eau sont mesurés en permanence dans des stations de mesure automatisées qui alimentent les bases de données spécialisées. Tous les mois, à partir de juillet et pour la période d’étiage, un « bulletin de situation hydrologique » est publié pour le Bassin Adour-Garonne par la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL de Bassin).

Veille hydrologique

Des aides de l’Agence pour maintenir les débits

L’Agence de l’eau accompagne toutes les solutions pouvant contribuer au maintien de débits suffisants dans les rivières pour assurer la disponibilité de la ressource en eau, condition aussi de sa qualité.

10e programme : gestion quantitative de la ressource et économies d'eau