Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Etat des ressources Gestion quantitative - Barrages et réservoirs du bassin Adour-Garonne

Barrages et réservoirs du bassin Adour-Garonne

Les ressources disponibles sur le bassin Adour-Garonne sont soit naturelles (ruissellements directs ou retardés transitant par les nappes en relation avec le cours d'eau, lacs naturels, etc.), soit artificielles (réservoirs, canaux, ...).

Des fluctuations saisonnières

Avec une pluviométrie moyenne annuelle de 90 milliards de m³, les écoulements moyens sur le bassin sont de l'ordre de 35 milliards de m³. Mais ces abondantes ressources, du fait des régimes hydrologiques des cours d'eau, sont inégalement réparties sur l'année. Durant la période estivale, les prélèvements dans les eaux de surface et assimilées peuvent être par endroit trop importants par rapport aux ressources disponibles.

Des réserves créées par l’homme

Les réserves artificielles du bassin Adour-Garonne représentent plus de 640 millions de m3, mobilisables directement ou indirectement pour soutenir les débits d’étiage des fleuves et des rivières :

  • près de 300 millions de m3 dans de grands réservoirs (barrages de plus de 2 millions de m3) : dédiés au soutien des étiages, répartis sur les axes déficitaires identifiés dans le SDAGE.
  • près de 50 millions de m3 dans des retenues de capacité moyenne (0,5 à 1 million de m3)  dédiés à l’irrigation et/ou à l’eau potable à partir d’une cinquantaine d’ouvrages.
  • près de 290 millions de m3 dans environ plus de 15 000 retenues collinaires ou retenues de substitution.

Principales rivières bénéficiant d’une réalimentation depuis un ouvrage de soutien d’étiage ou un réservoir hydroélectrique

 

Les ouvrages de stockage créés ont eu pour objectif d’assurer les usages et la salubrité des cours d’eau à l’étiage.

Parmi ces réalisations :

  • Lavaud et Mas Chaban (24 millions de m3) sur la Charente,
  • Lunax (25 millions de m3) sur la Gimone,
  • Saint Géraud (15 millions de m3) sur le Céou,
  • Gabas (20 millions de m3) sur l’Adour,
  • Montbel (30 millions de m3 pour Adour-Garonne) sur l’Hers vif et l’Ariège.

Les nouvelles réserves

L’objectif de l’Agence est d’inciter les usagers (particuliers, industriels, communes et irrigants) à limiter le plus possible leurs prélèvements en eau. Il s’agit de mieux gérer les demandes. Une fois cet objectif atteint et en cas de déséquilibre entre les demandes incompressibles et les ressources disponibles, la création de nouvelles réserves pourra être mise en œuvre.

Elle suppose :

  • une structure porteuse de projet, en général une collectivité territoriale ou un groupement de collectivités,
  • un plan de financement pouvant être bouclé par les différentes participations.

En outre la maintenance et le fonctionnement de ces ouvrages nécessitent des ressources financières, généralement couvertes par une tarification locale.

 

Ouvrages existants avant 1984

Actions menées avec l’aide de 1984 à 2008

Total

 

Volume (millions de m3)

Nombre opérations

Volumes (millions

de m3)

Coût

(M€)

Aide agence (M€)

Volumes

(millions de m3)

Economies d’eau

 

 

 

100

20

 

Déstockages hydroélectriques

48

5

111

74

30

160

Barrages réservoirs

101

40

250

410

112

350

Retenues collinaires

?

1900

130

230

26

290

Total

150

 

490

814

188

800

Lâcher l’eau dans les rivières depuis les barrages hydroélectriques

Les accords de déstockage depuis les réserves hydroélectriques d’EDF permettent de mobiliser annuellement près de 160 millions de m3 pour soutenir les débits d’étiage des cours d’eau du bassin Adour-Garonne, sur un volume total stocké de près de 3 milliards de m3.

Ces accords permettent d’éviter que, huit années sur dix, les débits du fleuve ne descendent en dessous des débits fixés par le SDAGE (ces derniers garantissant la coexistence normale de tous les usages et le bon fonctionnement des milieux aquatiques).

Le financement annuel de l’Agence pour la mise en œuvre de ces conventions est de l’ordre de 3M€.


Rivière réalimentée

Ouvrage

Volume annuel susceptible d’être déstocké

(millions de m3)

Gestionnaire

Garonne

réservoirs situés en Ariège et Haute-Garonne

51

SMEAG

Lot

réserves sur la chaîne Lot-Truyère

33

EDF

Agout

barrage des Saint-Peyres

22

CG Tarn

Viaur/Aveyron aval

barrage de Pareloup

2

CG Tarn-et-Garonne

Haut Adour

 

2,8

Institution Adour

rivières de Gascogne

canal de la Neste

48

CACG