Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale
Imprimer

Le renouvellement des concessions hydroélectriques

Jean-Louis Borloo, alors ministre du Développement durable, a annoncé le 22 avril 2010 le renouvellement de plusieurs concessions hydroélectriques pour une puissance totale de 5 244 MW, soit le cinquième de la puissance installée en France.

 

 

Le bassin Adour-Garonne directement concerné

La procédure de renouvellement et de mise en concurrence prévoit une date d’attribution de ces concessions entre fin 2013 et 2015. 75 % de la puissance renouvelée dans ce cadre se trouvent sur le bassin Adour-Garonne.

Des enjeux majeurs en termes de gestion des eaux et de protection des milieux aquatiques sont liés à ces concessions. Elles devront tenir compte, outre des demandes des collectivités locales, des objectifs liés à la directive cadre sur l’eau et aux orientations du SDAGE.

Les arbitrages ministériels ont permis de regrouper par grandes vallées les ouvrages au sein d’une même concession, pour une meilleure gestion énergétique et environnementale des installations. Ils vont dans le sens des préconisations du SDAGE Adour-Garonne.

Engageant la gestion pour 40-50 ans, ces renouvellements de concession sont une occasion unique de prise en compte des objectifs pour l’eau.

Une procédure en cours de définition

Compte tenu des enjeux environnementaux, économiques mais aussi humains associés à l’hydroélectricité, dont l’ampleur dépasse le strict aspect énergétique, l’Etat a souhaité prendre le temps de la réflexion et s’assurer que l’ensemble des solutions possibles avait été bien exploré. Une mission parlementaire est en cours à cet effet.
Le lancement de manière échelonnée de la mise en concurrence des premières vallées pourrait intervenir dès le premier semestre de l’année 2014.

Cette page sera actualisée dès que le calendrier et les modalités précises de mise en concurrence auront fait l’objet d’une communication officielle