Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Milieux aquatiques et biodiversité - Les milieux aquatiques, des espaces de vie variés

Les milieux aquatiques, des espaces de vie variés

Le bassin Adour-Garonne comprend des milieux aquatiques nombreux et variés : deux châteaux d'eau (Pyrénées et Massif central), 220 000 km de cours d'eau, 400 km de littoral, 250 000 ha de zones humides, 630 km de littoral, trois estuaires (Adour, Charente, Gironde) et des eaux souterraines généreuses.

Des eaux aux mille visages

L’eau sans cesse circule et se transforme, emprunte des chemins parfois invisibles et se déguise en espaces variés :

  • venant de la montagne, l’eau des torrents dévale les pentes. Pluies et fonte des neiges la transforment en rivière, puis en fleuve qui traverse un estuaire et se jette à la mer (on parle alors d’eaux littorales). Tout au long de ce voyage, l’eau vit. Furieuse ou tranquille, elle façonne les paysages.
  • l’eau peut aussi s’attarder dans un lac, qu’il soit naturel ou artificiel,
  • ou se cacher sous terre pour former des aquifères (nappes alluviales, aquifères volcaniques, zones karstiques, …),
  • paraître ou disparaître en un même lieu en devenant “zone humide” regorgeant d’eau douce ou saumâtre. La loi sur l’eau de 1992 définit ces zones humides comme des terrains exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année.

Pas de vie sans eau

La vie est née dans l’eau. Le lit de la rivière et ses abords, les zones humides, les lacs ou étangs, les estuaires et même les eaux souterraines attirent de nombreuses espèces animales et végétales et sont autant de lieux de reproduction, de nourrissage, de cache et repos.

Objectifs de l’Agence : protection et gestion des eaux

Dans le cadre de son 9e programme d'intervention (2007-2012) et afin de suivre les objectifs du SDAGE (mesures du volet A, C14 à C16, D6), l'agence de l’eau Adour-Garonne attribue des aides aux maîtres d'ouvrage d'opérations ayant pour objectifs de restaurer et gérer les milieux aquatiques. Objectif : préserver leurs différentes  fonctionnalités naturelles d'autoépuration et de régulation du régime des eaux et maintenir durablement leur valeur écologique essentielle aux activités économiques et sociales (articles 1 et 2 de la loi n°92-3 sur l’eau de 1992).

Trois objectifs aux aides de l’agence de l’eau Adour-Garonne

Décloisonner les milieux aquatiques

Objectif : un écoulement naturel des eaux, le transport solide et la continuité écologique.
La gestion des cours d'eau, des berges et des ouvrages transversaux (barrages, seuils,..) vise à favoriser :

  • les connexions entre eaux de surface et souterraines pour améliorer les débits d'étiage ;
  • les connexions latérales entre lit mineur et lit majeur des rivières partout où c'est possible, pour ralentir les crues, recharger en matériaux solides les rivières et favoriser la circulation des espèces aquatiques nécessaire à leur développement et leur cycle de vie. Cela inclut le maintien ou la restauration des champs naturels d'expansion des crues et d'espaces de mobilité des cours d'eau ;
  • la circulation longitudinale de l'eau et des matériaux solides (en intégrant le processus de dynamique fluviale) et des espèces aquatiques ;

Préserver les milieux aquatiques 

Il convient de privilégier, partout où c'est possible, un fonctionnement le plus “naturel” possible des milieux aquatiques : ripisylve, zones humides, berges, lits, en vue de contribuer à la capacité d'autoépuration des rivières, de limiter l'érosion des berges, ralentir les écoulements en période de crue et préserver la diversité des habitats et des espèces aquatiques ;

Connaître les milieux aquatiques 

Afin de mieux comprendre leur dynamique et évaluer l'impact des interventions humaines et des politiques sur leur évolution, l'Agence intervient sur trois secteurs :