Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale
Imprimer

Eau et montagne

Zone de risque avec des pentes et des reliefs, une végétation souvent rase et fragile, un climat plus rude, la montagne renferme un véritable trésor : l’eau, richesse écologique et source de développement. Une meilleure valorisation de ce potentiel par l’aménagement du territoire peut dynamiser l’économie de ces zones, mais dans le cadre d’un comportement économe et responsable.

La montagne, château d’eau du bassin

Le bassin Adour-Garonne, avec les Pyrénées au sud (il en recouvre près des 3/4) et le Massif central au nord-est (il en recouvre près de la moitié), compte une vaste partie de son territoire en zone de montagne (30 %).
Le SDAGE identifie formellement ces zones de piémont et de montagne. Le territoire d’Adour Garonne recouvre 72 % du massif pyrénéen et 46 % du Massif central.

La montagne, réservoir de biodiversité remarquable

Ces milieux fragiles foisonnent de biodiversité (espèces aquatiques endémiques comme le desman, l’euprocte ou le calotriton des Pyrénées), constituent des lieux de reproduction d’espèces piscicoles, migratrices ou non. Les eaux de montagne concentrent 60 % du linéaire des réservoirs biologiques.



 

 

 

 

L’Agence protège les eaux des Pyrénées

L’Agence a signé mi octobre deux accords-cadres pour protéger les cours d’eau, les lacs, les torrents d’attitudes et les zones humides des Pyrénées (2012/2016).
Le 1er avec le Parc national des Pyrénées sur l’eau et les milieux aquatiques dans le Parc national. Le 2d avec le Parc national des Pyrénées, le Club Alpin Français et la commission syndicale de la vallée de Saint-Savin sur l’eau et l’assainissement des refuges des Pyrénées.

Ces accords-cadres prévoient de réaliser des actions conjointes pour l'assainissement des refuges, la sécurisation en eau potable des refuges, la gestion environnementale de l’espace rivière et des milieux aquatiques remarquables ainsi que la connaissance et le suivi de la qualité des lacs et cours d’eau,