Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Milieux aquatiques et biodiversité - Les eaux souterraines

Les eaux souterraines

Contrairement aux idées reçues, les eaux souterraines ne se limitent pas à des lacs ou rivières cachés sous nos pieds. Seuls les aquifères calcaires karstiques où l'eau a élargi certaines fissures par dissolution, répondent à cette description. Dans les autres aquifères, l'eau contenue s’écoule à travers les pores ou les fissures de la roche.

Pour comprendre la formation des eaux souterraines, visionner l'animation en 3D !

Typologie des eaux souterraines du bassin Adour-Garonne

Le bassin Adour-Garonne, riche en eaux souterraines, possède de grands systèmes aquifères, à nappes essentiellement libres (Charente, Périgord, Quercy, Grands Causses) ou à nappes captives, relativement profondes et puissantes (Aquitaine). Les nappes alluviales des principaux fleuves et de leurs affluents sont exploitées, pour 40 %, à des fins de production d'eau potable. Les écoulements souterrains annuels représentent 60 % de l'écoulement total du bassin.

Les eaux souterraines du bassin Adour-Garonne appartiennent à deux ensembles :

  • les Pyrénées et le Massif central : ressources en eau souterraine dans les karsts des Grands Causses et des massifs calcaires pyrénéens ;
  • le bassin Aquitain : ressources en eau souterraines renfermées sous un ensemble de couches géologiques.

Le bassin est subdivisé en 4 grands ensembles

  • les nappes profondes s'étendent sous une grande partie du bassin, séparées de la surface par une ou plusieurs couches imperméables ;
  • les nappes libres : zone d'alimentation des nappes profondes sur la bordure nord-est du bassin, dont une partie se situe dans des terrains calcaires karstiques : Causses du Quercy, karsts de Charente etc. ;
  • la molasse au sud et sud-est, terrains globalement imperméables sur lesquels s'étendent des nappes alluviales importantes le long des grands cours d'eau ;
  • la nappe du sable des Landes ou globalement l'aquifère plio-quaternaire, s’étend du centre du bassin jusqu’à l'océan, dans le ”triangle“ landais.

<p></p>

L’usage de la géothermie dans les nappes profondes

Le bassin Aquitain compte une douzaine d’ouvrages en exploitation sur les quinze situés en Adour-Garonne, avec des forages allant jusqu’à 1800 m3 . Le volume d’eau utilisé chaque année est estimé à 6,8 millions de m3.

L'usage de la géothermie, uniquement dans les nappes profondes, ne provoque pas de pollution directe des eaux souterraines. Cependant, les prélèvements localement importants peuvent entraîner une baisse de pression dans les aquifères captifs. Il peut également être à l'origine d'une concurrence d'usage avec les forages thermaux.