Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Milieux aquatiques et biodiversité - Les lacs

Les lacs

La directive cadre sur l’eau indique un seuil minimum de 50 hectares au-dessus duquel tout plan d’eau constitue une masse d’eau. Sur les 4000 lacs du bassin, 107 d'entre eux correspondent à ce critère, représentant 25 % des “masses d’eau lacs” françaises.

L'Agence a édité en décembre 2013 une plaquette  sur "Le suivi des lacs du bassin Adour-Garonne". Télécharger la plaquette

"Les lacs en ligne de mire" est le thème du dossier de la revue trimestrielle de l'agence de l'eau Adour-Garonne (juin 2013). Télécharger le dossier (8 pages)

Différents types de lacs

Quand on parle de lac, il convient de distinguer :

  • les lacs naturels, dont l'origine résulte de processus géomorphologiques (12 sur le bassin Adour-Garonne),
  • les lacs artificiels, créés par l'homme et résultant d'activités extractives en lit majeur ou d'exploitation d'anciens gisements de lignite (5 sur le bassin Adour-Garonne),
  • des lacs d'origine anthropique, créés sur une masse d'eau rivière, et qui correspondent pour l'essentiel à des barrages (88 sur le bassin Adour-Garonne).

La plupart des retenues du bassin Adour-Garonne sont de moyenne montagne et de basse altitude, générées par des barrages à usage hydroélectrique ou de soutien d’étiage et/ou d’irrigation.

Chaque lac appartient à une classe typologique nationale. Cette typologie distingue "l’hydroécorégion" (HER) et la forme de la cuvette dans laquelle ils s’inscrivent (notion de profondeur).

Des lacs aux caractéristiques variées

Les caractéristiques physiques et chimiques de chaque lac (géologie, climat, altitude, surface, profondeur, stratification thermique estivale, présence d'une zone littorale…) contribuent naturellement à la diversité biologique rencontrée.

Comme réceptacles des eaux de leurs bassins versants et lieux d'accueil de nombreux usages humains, ces plans d'eau sont cependant soumis aux conséquences de toutes les activités qui y sont développées. Ils doivent faire l'objet d'attentions particulières destinées à conserver leur état écologique ou à le restaurer lorsque leur fonctionnement a subi des dégradations.

Des milieux de vie

Ces plans d'eau abritent des communautés végétales et animales très diversifiées, qui contribuent fortement au maintien de leur bonne qualité écologique. Ces communautés colonisent de manière permanente ou temporaire des parties quelquefois importantes des zones riveraines ou plus profondes de ces milieux.

Elles comportent de nombreuses espèces ubiquistes, susceptibles de s'adapter à des habitats très variés, mais aussi quelques espèces de plantes patrimoniales inféodées à des caractéristiques physiques de biotopes très particulières ou à des eaux d'excellente qualité. Certaines de ces espèces sont d'ailleurs protégées au niveau national ou européen.