Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Milieux aquatiques et biodiversité - Poissons migrateurs du bassin Adour-Garonne

Poissons migrateurs du bassin Adour-Garonne

Copiright Andrei Nekrassov - Fotolia

Les poissons migrateurs amphihalins partagent leur vie entre mer et rivière. Ils parcourent parfois de très longues distances pour atteindre leurs différents habitats.
La majorité de ces espèces naissent en rivière, gagnent la mer pour s'y développer puis retournent dans les eaux continentales pour se reproduire. Seule l'anguille a un parcours inverse.

Le bassin Adour-Garonne, berceau des poissons migrateurs

Le bassin Adour-Garonne accueille l'ensemble des huit grands migrateurs historiquement présents sur notre façade atlantique:

  • saumon atlantique,
  • truite de mer,
  • lamproie fluviatile,
  • lamproie marine,
  • grande alose,
  • alose feinte,
  • anguille,
  • esturgeon d’Europe.

L'estuaire de la Gironde, ainsi que la Dordogne et la Garonne aval, sont les derniers milieux continentaux fréquentés par l’esturgeon, espèce pour laquelle notre bassin a donc une responsabilité particulière pour éviter son extinction.

La préservation des poissons migrateurs (introduction du colloque)
La restauration du saumon à Pont-Crouzet (81)
La sauvegarde de l'esturgeon européen à Saint-Seurin sur l'Isle (24)

Le SDAGE contient plusieurs dispositions importantes et notamment celles relatives à la définition des axes à migrateurs amphihalins (C32) et à la préservation de la continuité écologique sur ces axes (C34). La préservation de ces espèces passe avant tout par la restauration et la protection de leurs habitats et par la libre circulation.

Les plans de gestion des poissons migrateurs (PLAGEPOMI)

Sous l’égide du préfet de la région Aquitaine, deux comités de gestion des poissons migrateurs (COGEPOMI) définissent les plans de gestion des poissons migrateurs : PLAGEPOMI Garonne, Dordogne, Charente, Seudre et Leyre et PLAGEPOMI Adour et côtiers littoraux

Des plans spécifiques pour deux espèces

Deux espèces font l’objet de plans spécifiques : l’esturgeon d’Europe et l’anguille :

  • plan national de restauration de l’esturgeon d’Europe : outre des dispositions en vue de la protection de la dernière population sauvage, ce plan repose sur les opérations de reproduction artificielle et de repeuplement désormais possibles à partir des poissons conservés au centre de Saint-Seurin sur Isle du CEMAGREF.
  • l’anguille qui, compte tenu de son aire de répartition, doit être gérée à l’échelle européenne : le règlement européen adopté fin 2007 demande aux États membres de définir puis de mettre en œuvre un plan national de gestion de l’anguille.

De nombreux partenaires mobilisés

Ces programmes bénéficient des aides publiques de l'Europe (FEDER), de l'agence de l'eau Adour-Garonne et de certaines collectivités territoriales. Ils rassemblent de nombreux partenaires :

  • établissements publics territoriaux de bassin (EPTB) Garonne, Charente, Garonne, Dordogne, Adour
  • DREAL (directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement): Aquitaine, Midi-Pyrénées et Limousin
  • collectivités territoriales : conseils régionaux (Aquitaine, Limousin) et certains conseils généraux
  • agence de l'eau Adour-Garonne
  • Onema (office national de l’eau et des milieux aquatiques)
  • associations de restauration de poissons migrateurs : migrateurs des bassins Garonne et Dordogne : MIGADO )et migrateur du bassin de l’Adour : MIGRADOUR
  • pêcheurs professionnels et de loisir
  • organismes de recherche : Cemagref, INRA, ENSAT, Ifremer.

Préservation des poissons migrateurs : pour aller plus loin

La synthèse du colloque "Préservation des poissons migrateurs"

Un colloque proposé par l’Agence et la DREAL Aquitaine sur ce thème, s’est déroulé le 12 décembre 2013 .
Un tour d’horizon, sur la base de l’état des lieux dressé par le dernier Plan de gestion des poissons migrateurs, de l’état des connaissances, des enjeux patrimoniaux, environnementaux et économiques, ainsi que des leviers d’action pour une gestion durable.
Visionner les témoignages recueillis lors de ce colloque.

C’est également le thème du dossier de la revue 104 de l’Agence (décembre 2013).
Télécharger ce dossier (10 pages)