Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Qualité des eaux - Baignades : des eaux de qualité

Baignades : des eaux de qualité

L’action de l’agence de l’eau pour maintenir et reconquérir la qualité des eaux de baignade s’inscrit dans la durée et dans une logique de résultats. Elle a mis en place des outils adaptés au regard des problèmes identifiés et des secteurs concernés :  programmes spécifiques d’assainissement des collectivités locales, en particulier sur la frange littorale, lutte contre la pollution issue des ports, protection des sites conchylicoles, restauration et entretien des zones humides, etc.
Objectif : une protection accrue des milieux pour une eau de baignade exempte de risques pour les usagers.

Afin de satisfaire à la réglementation en vigueur, toutes les eaux de baignade doivent être au moins de qualité suffisante à la fin de la saison balnéaire 2015.

De plus en plus de communes aménagent des sites de baignades en eau douce, dans les plans d'eau ou en bordure de rivières.
Soumis à des contrôles stricts de qualité des eaux et des berges, ces sites offrent dans le bassin Adour-Garonne une diversité de plages, loin de celles des océans, certes, mais tout aussi propices aux activités nautiques en toute sécurité.
Visionner le film "Marmande plage 2012"

97 % des baignades conformes

Depuis 1976, où moins de 70 % des sites étaient conformes, la situation s’est nettement améliorée avec 97 % de sites conformes. Pour apporter des solutions aux 3 % restants et assurer la sécurité sanitaire des baigneurs, il est nécessaire :

  • d’apprécier la qualité des eaux de façon plus représentative du site et de sa vulnérabilité naturelle,
  • de réaliser des investigations plus fines ou complexes pour comprendre l’origine de la contamination en vue de mieux gérer les épisodes de pollution,
  • de prendre en compte des risques liés aux cyanobactéries et à d’autres paramètres,
  • d’accompagner les gestionnaires sur le programme d’actions à mettre en place pour maintenir ou améliorer la qualité des eaux,
  • d’assurer une meilleure information du public.

C’est l’objet de la directive 2006/7/CE concernant la gestion de la qualité des eaux de baignade.

Une nouvelle méthode de classement

Les eaux de baignade sont ordonnées selon quatre classes de qualité : excellente, bonne, suffisante et insuffisante. Afin de satisfaire la réglementation en vigueur, toutes les eaux de baignade doivent être au moins de qualité suffisante à la fin de la saison balnéaire 2015.

La qualité des eaux de baignade est établie sur la base de deux paramètres microbiologiques (germes témoins de contamination fécale, “Escherichia coli” et “Entérocoques intestinaux”), et d'un calcul sur les quatre dernières saisons balnéaires, à raison de quatre prélèvements minimum par saison (prélèvement avant saison compris).

Ce mode de classement donne plus d’importance aux pollutions chroniques qu’aux pics isolés de pollution.

Qui est responsable ?

Le gestionnaire du site de baignade est responsable de la qualité des eaux de baignade. Il dispose d’un véritable outil de prévention des risques sanitaires et d’amélioration de la qualité de l’eau de baignade : le profil des eaux de baignade.

A ce titre, il doit :

  • élaborer et actualiser le profil de l’eau de baignade,
  • proposer les actions visant à prévenir et gérer les risques de pollution,
  • établir un programme de surveillance et analyser la qualité de l’eau,
  • assurer la diffusion de l’information au public.

Tous les gestionnaires devaient établir leurs profils de baignade avant mars 2011. L’agence de l’eau a accompagné les collectivités du bassin dans cette démarche.

L’information du public

A partir du 1er janvier 2012, chaque gestionnaire doit afficher à proximité du site de baignade :

  • le classement actuel,
  • une description générale non technique du site,
  • les risques de pollution à court terme,
  • la nature des situations anormales (nature de la situation et durée prévue),
  • les raisons de l’interdiction si le site est fermé.

De plus, d'autres informations doivent être diffusées, notamment via des sites Internet. Ces derniers doivent comprendre la liste des sites de baignades, le classement de ces eaux au cours des 3 dernières années, leurs profils de vulnérabilité et les résultats de la surveillance.

Que peut-on trouver dans les eaux de baignade non conformes ?

L’homme rejette quotidiennement 2 milliards d’Escherichia coli, le porc 6 milliards et le bovin 10 milliards.

90 % des bactéries rejetées en mer meurent entre 10 et 36 heures (elles parcourent 2 à 5 km à partir du point de rejet). En petite rivière, elles meurent entre 5 et 10 heures (soit 20 à 30 km parcourus).