Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale
Imprimer

Bassin versant de l'Adour

Géographie du territoire et particularités

Le bassin de l’Adour s’étend sur la partie Sud-ouest du bassin Adour-Garonne. Il concerne 4 départements : le Gers, les Hautes-Pyrénées, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques. Le bassin est divisé en 4 unités hydrographiques de référence :

 

  • Adour,
  • Adour Atlantique,
  • les gaves,
  • Midouze.

D’une superficie de 16 880 km², ce territoire abrite des paysages et milieux se caractérisant principalement par la présence de landes et broussailles dans les zones d’altitude, de terres cultivées sur la partie centrale du bassin et de forêts à l’ouest. Principal cours d’eau du bassin, son réseau hydrographique est dense, avec comme principaux affluents la Midouze, les gaves de Pau et d’Oloron et la Nive.

Le contexte géologique présente trois caractéristiques principales que sont la zone pyrénéenne, les coteaux vallonnés et les sables landais.
Les aquifères en présence se composent de formations semi-perméables et d’aquifères alluviaux dans la partie centrale et ouest du bassin, ainsi que d’aquifères multicouches à nappe supérieures libre sur la partie nord jusqu’au littoral. Le sud du territoire, localisé dans la zone pyrénéenne, ne comporte pas de nappe d’extension significative.

Le climat y est contrasté. Il est à dominante océanique sur la partie centrale et littorale et de type montagnard dans les Pyrénées.

Enjeux et usages de l’eau

La population globale est d’environ 1 070 000 habitants (2010), répartie majoritairement sur les villes de Pau, Bayonne, Tarbes, Mont-de-Marsan, Dax et Lourdes. La densité moyenne est nettement inférieure à la moyenne nationale.

Une activité agricole importante

L’activité socioéconomique du bassin versant de l’Adour est marquée par une activité agricole affirmée (grandes cultures céréalières prédominantes, cultures maraichères et vergers, élevage en altitude), l’industrie agro-alimentaire, l’aéronautique, l’industrie chimique et l’industrie liées à la transformation du bois. On dénombre quelques entreprises d’extraction de granulats et d’hydroélectricité. Le tourisme est bien développé sur le territoire, tout comme le thermalisme.

Principaux enjeux au regard de l’eau

  • Préserver la qualité des eaux souterraines pour l'eau potable et plus particulièrement les nappes alluviales de l'Adour et des gaves contaminées par les nitrates et les pesticides ;
  • améliorer la qualité des eaux de surface en réduisant et supprimant les substances toxiques prioritaires d’origines urbaine et industrielle et celles liées aux pollutions diffuses ;
  • restaurer les débits d'étiage par la mise en œuvre  d'outils de gestion intégrée et un partage équilibré de la ressource ;
  • préserver et réhabiliter le bon fonctionnement des rivières en restaurant les phénomènes de régulation naturelle et la dynamique fluviale et en protégeant les écosystèmes aquatiques et zones humides pour enrayer leur disparition et leur dégradation ;
  • faciliter la gestion équilibrée et globale par bassin versant, grande vallée et par système aquifère, par la mise en place d'outils réglementaires adaptés.

Télécharger le pdf sur la synthèse de l’actualisation de l’état des lieux du bassin de l’Adour  préalable à l'élaboration du SDAGE 2016-2021 (édition 2013)