Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale
Imprimer

Bassin versant de la Charente

Géographie du territoire et spécificités

Située au nord-ouest du bassin Adour-Garonne, la Charente échappe à l’attirance de la Garonne pour former un bassin bien individualisé, à la limite de deux grands systèmes hydrographiques : celui de la Garonne et celui de la Loire. Selon le contexte géologique, on peut diviser le bassin Charente en 5 secteurs :

  • la majorité du bassin versant se trouve sur les terrains calcaires (Jurassique à Crétacé),
  • la frange sud-ouest du bassin versant correspond aux Coteaux Aquitains (Eocène),
  • l'est du bassin versant s’appuie sur le Massif central nord (socle cristallin),
  • le sud-est du bassin versant s’étend sur les Causses calcaires (sud d’Angoulême).

Plus petit bassin-versant d’Adour-Garonne (10 549 km2), il est drainé par la Charente, fleuve au régime paisible issu des plateaux limousins, et par ses principaux affluents : Tardoire, Seugne et Boutonne. Il peut être divisé en quatre sous-bassins hydrographiques : Charente amont (2 790 km2), Charente aval (3 460 km2), Boutonne (1 440 km2) et Tardoire-Touvre (1 550 km2), complété d'un sous bassin littoralMarais de Charente” de 1 320 km2.

L’occupation du sol se caractérise principalement par la présence de terres cultivées. La forêt représente 16 % du bassin de la Charente (inférieur à la moyenne française de 25%) et 35% de la surface sur le Parc Naturel régional du Périgord-Limousin (bassin versant de la Tardoire et du Bandiat).

Le bassin de la Charente bénéficie d'un climat doux et ensoleillé avec des précipitations modérées (entre 600 et 700 mm par an sur la côte et 900 mm à l'est). Les conditions naturelles de ce bassin versant sont relativement homogènes : faible altitude et topographie peu heurtée.

Enjeux et usages de l’eau

Ce bassin est caractérisé par un contraste entre la frange côtière densément peuplée (80 à 100 hab./km2) et l’intérieur du territoire à caractère rural (40 à 60 hab./km2). La densité de population de 55,5 hab./km2 est largement inférieure à la moyenne nationale (97 hab./km2). Les agglomérations sont de taille moyenne, situées le long de la Charente elle-même. Les principales villes sont Angoulême (unité urbaine de 107 821 hab. en 2007), Rochefort (38 886 hab. en 2010), Saintes (30 057  hab.) et Cognac (26 446 hab.).

Un territoire à dominante rurale

L’activité industrielle est relativement peu développée en comparaison avec d’autres territoires du bassin Adour-Garonne. L’industrie agroalimentaire est ’hui dominante et de renom autour de la ville de Cognac, mais d’autres industries sont également présentes aux alentours d’Angoulême (chimie- construction électromécanique …).

Le reste du territoire est largement marqué par la présence des activités agricoles (la SAU représente 59 % de la surface du bassin) : viticulture (le vignoble charentais occupe 17% de la surface du bassin et se trouve localisé dans sa partie médiane,) maïsiculture, polyculture et élevage (bovin viande à l’est et activités laitières au nord).

Principaux enjeux au regard de l’eau

  • La réduction des pollutions diffuses par les nitrates et les produits phytosanitaires se pose sur l’essentiel du bassin versant. Les eaux superficielles ainsi que souterraines sont touchées et ceci ne va pas sans poser un certain nombre de problèmes, notamment en ce qui concerne l’alimentation en eau potable,
  • la grande majorité des cours d’eau connaissent des étiages sévères. Ainsi, la gestion des eaux en période d’étiage et de sécheresse pour répondre aux besoins socio-économiques dans le respect du bon état des eaux représente un enjeu majeur,
  • la gestion patrimoniale des eaux souterraines,
  • la préservation des ressources en eaux destinées à l’eau potable,
  • la restauration des fonctionnalités des rivières et zones humides,
  • la prévention du risque d’inondation en Charente aval,
  • la résorption de macro pollutions en Charente aval et en Boutonne.

Télécharger le pdf sur la synthèse de l’actualisation de l’état des lieux du bassin de la Charente  préalable à l'élaboration du SDAGE 2016-2021 (édition 2013)