Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale
Imprimer

Bassin versant de la Garonne

Géographie du territoire et particularités

 Le bassin versant de la Garonne s’étend sur 3 régions : Midi-Pyrénées, Aquitaine et Languedoc-Roussillon.

Encadré par les sous-bassins du Tarn-Aveyron, du Lot et de la Dordogne à l’est et par le bassin de l’Adour à l’ouest, il est drainé par la Garonne, principal cours d’eau d'Adour-Garonne et troisième fleuve français par ses débits.

Plus grand bassin-versant d’Adour-Garonne (28 900 km2), il est divisé en 10 sous-bassins : le Salat-Arize (2 373 km2), l’Ariège-Hers Vif (4 142 km2), l’Hers Mort-Girou (1 551 km2), la Neste (871 km2), la Garonne (6 884 km2) la Garonne Atlantique (3 483 km2), les rivières de Gascogne (6757 km2), le Dropt (1 342 km2), l’Avance (471 km2) et le Séoune (1 069 km2).

Il regroupe trois grands ensembles géologiques distincts :

  • un domaine cristallin au relief montagneux : les Pyrénées,
  • un domaine calcaire au centre du bassin : les coteaux aquitains,
  • un domaine sableux à l’extrémité nord-ouest : les Landes.

Le climat est principalement océanique, doux et humide, avec l’influence méditerranéenne en plaine (vents asséchants et précipitations plus faibles) et montagnarde au sud (cumuls annuels de l’ordre de 1500 mm sur les Pyrénées). La gouttière de la Garonne et les rivières de Gascogne dans la partie médiane du bassin reçoivent de plus faibles précipitations (600 à 700 mm). L’influence maritime se fait sentir à l’extrémité aval du bassin qui présente des hauteurs de précipitations intermédiaires (800 à 1000 mm).

Enjeux et usages de l’eau

Bassin  le plus peuplé d’Adour-Garonne, avec 2 923 777 habitants (2010), sa densité ( 84 hab/km2) est proche de la moyenne nationale (97 hab/km2), avec une répartition contrastée : l’axe garonnais concentre près de 2 millions d’habitants, soit plus du tiers de la population totale d’Adour-Garonne, autour de Toulouse et de Bordeaux, et de quelques villes moyennes (Agen, Marmande). Il constitue un axe important entre l’Atlantique et la Méditerranée.

Deux grands pôles industriels

L’industrie est concentrée autour de Toulouse (industrie de pointe, aéronitique et chimie) et Bordeaux (mécanique, aéronautique et transformation du vin, de la viande et du bois).
L’hydroélectricité est  favorisé par de fortes pentes en amont et les débits soutenus de la Garonne. La production  est complétée par la centrale nucléaire de Golfech en moyenne Garonne, les barrages de la SHEM et de nombreuses micro-centrales.
L’agroalimentaire, réparti sur l’ensemble du territoire, valorise les productions locales.

Une agriculture et un tourisme diversifiés

L’agriculture est la principale activité du piémont : élevage du “gras” en Gascogne associé à la culture du maïs, du blé, du soja et du tournesol. La vallée se spécialise dans les céréales en amont, les fruits, les légumes et la populiculture en moyenne Garonne, des vergers et des cultures sous serre en Agenais, des vignobles dans le bordelais et du maraîchage aux abords des villes, de l’élevage et de la polyculture dans les vallées pyrénéennes.

Le tourisme est présent plus particulièrement en amont : loisirs nautiques, sports d’hiver, thermalisme et centres de remise en forme. Un regain pour le tourisme fluvial semble se confirmer (Baïse, Garonne aval, Canal du Midi et Canal latéral), ainsi qu’un tourisme vert dans les coteaux.

Principaux enjeux au regard de l’eau

  • Préserver les eaux superficielles et souterraines pour l'alimentation en eau potable, objectif prioritaire du bassin,
  • réduire les pollutions diffuses par les nitrates et phytosanitaires, pollutions les plus présentes, très liées aux écoulements d’eau dans les bassins versants,
  • préserver et réhabiliter le bon fonctionnement des milieux aquatiques (étiage, hydromorphologie, continuité écologique, zones humides, …),
  • résorber les macro-pollutions encore persistantes,
  • gérer la ressource pour tous les usages (quantité d’eau),
  • prévenir  les risques d’inondation.

Télécharger le pdf sur la synthèse de l’actualisation de l’état des lieux du bassin de la Garonne  préalable à l'élaboration du SDAGE 2016-2021 (édition 2013)