Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale
Imprimer

Catégorie "lycée" : la parole est aux lauréats...

03.12.2015 - 07.12.2015

Après la remise des prix, l’agence de l’eau est allée les interviewer pour recueillir leurs impressions sur le concours et comprendre leur source d’inspiration.

Chaque semaine, la parole sera donnée à un nouveau lauréat…

3 questions à Peio Eguiazabal

Avec leur court-métrage « Trop pure », Peio Eguiazabal et son groupe d’amis ont remporté le Trophée de l’eau dans la catégorie Lycée. L’histoire se déroule en 2115 où l’eau est devenue si rare qu’elle a les effets d’une drogue.

Peio, Emma, Keliane, Maëlle et Lou, cinq amis âgés de 12 à 17 ans vivant tous autour de Bayonne, sont passionnés de montage vidéo. C’est le premier concours auquel ils participent. Selon eux, si l’eau n’est pas plus préservée dans les années à venir, leur court-métrage pourrait devenir réalité.

 

Pourquoi avez-vous choisi de comparer l’eau à la drogue, comme s’il s’agissait d’un bien rare, cher… et potentiellement dangereux ?

En fait, on s’est posés tous ensemble pour réfléchir à plein de petits sketchs pour le concours. A la fin, on est tombé d’accord sur ce scénario car il rassemblait toutes nos idées et nos façons d’aborder le thème.

On a choisi de traiter le sujet sous cet angle car on pense que l’eau dans le futur coûtera aussi cher que la drogue. Elle sera aussi difficile à trouver donc on a décidé de comparer l’eau de demain à la drogue d’aujourd’hui. On pense que notre scénario peut se réaliser dans le futur. Je pense qu’en France, nous aurons toujours de l’eau mais pas dans tous les pays.

C’était la première fois que vous travailliez ensemble ? Comment vous êtes-vous organisés ?

Non, on avait déjà fait des petits sketchs ensemble, mais c’est la première fois qu’on réalise quelque chose en rapport avec l’eau. On a tous réfléchi ensemble à l’histoire, mais Maëlle était la scénariste et les autres tenaient un rôle dans le court-métrage.

Votre regard sur l’eau a-t-il changé depuis la réalisation de votre court-métrage ?

La mère d’une copine m’a parlé du concours en me disant en rigolant que ce serait bien que j’y participe car j’aime réaliser des sketchs. Du coup, on s’est intéressés au sujet et on a fait des recherches pour en savoir plus. Maintenant je vais faire attention, je vais fermer le robinet d’eau quand je me lave les mains par exemple.

 

Voir « Trop pure » de Peio Eguiazabal