Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale
Imprimer

Portrait d’un aquacitoyen : Baptiste Coutand

04.09.2017 - 11.09.2017

crédit l'atelier 250

Baptiste Coutand fait partie de la classe de BTS Gestion et Maîtrise de l’eau Lycée Hector Serres d’Oeyreluy, lauréat du Trophées de l’eau 2017 dans la catégorie Lycée avec la vidéo « Prends toi en main ! ».

Cette 7ème édition des Trophées a permis de découvrir non seulement des talents créatifs, mais des citoyens mobilisés pour la cause de l’eau ! Ceux-ci ont partagé avec nous leurs sources d’inspiration, leurs motivations et leur vision de l’aquacitoyenneté.

Quelle est l’idée de départ de votre œuvre ?

Personnellement je suis passionné de vidéo, je m’amuse sur Youtube en montrant ce que j'aime à mes amis. Je me suis donc dit que ce concours pourrait être une sorte de défi et me permettre de voir si mon travail pouvait plaire à d'autres personnes qu'à mes amis. J'ai donc proposé à mes amis de m'aider dans mon projet et ils ont accepté.

Quels sont les messages que vous souhaitiez transmettre ?

Nous voulions montrer que de petits gestes pouvaient être très néfastes pour notre planète, et nous avons illustré ces propos en montrant ce que l'on pourrait ressentir si nous étions la terre lorsqu'une personne jette un mégot dans l'eau ou qu'on laisse une poche sur la plage par exemple.

Qu’est-ce qui vous a interpelé dans la thématique du concours « Tous aquacitoyens ! »

Je ne connaissais pas le terme « aquacitoyen » mais j'ai tout de suite pensé que n'importe qui pouvait devenir une sorte de super héro en respectant simplement les milieux aquatiques. J'ai donc immédiatement pensé que je voulais incorporer un super héro dans ma vidéo.

Comment peut-on mobiliser sur l’aquacitoyenneté à votre avis?

Beaucoup de jeunes (entre 12 et 20 ans) ignorent que leurs gestes ont des conséquences sur notre environnement, ils ne peuvent donc pas être « aquacitoyens » et ne s’en rendent même pas compte. Comme les réseaux sociaux constituent aujourd’hui leur principale source d’information, il faudrait utiliser ces outils pour les mobiliser. Un jeune, aidé par des personnes travaillant dans le milieu, pourrait prendre la parole et expliquer les gestes à éviter pour ne pas polluer d'avantage notre planète.

Voir la vidéo : cliquez ici !