Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale
Imprimer

De Pau au Niger : partager et protéger l'eau !

La ville et l'Agence s'engagent pour un projet de solidarité internationale

28.03.2017 - 11.04.2017

Association Eau Vive

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau du 22 mars, la ville de Pau, la Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées (CAPBP) et l’agence de l’eau Adour-Garonne ont présenté la convention de solidarité internationale pour un projet au Niger porté par l’association Eau vive.

Cette présentation s’est déroulée place Royale en présence de Pascal Boniface, Adjoint au Maire de Pau, en charge de l'environnement, du développement durable et des transports, de Monique Sémavoine, Maire de Mazères-Lezons et 1ère Vice-Présidente de la Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées, en charge de l'environnement, Eline Gosset, Présidente de l'association Eau vive Pau-Pyrénées, et Véronique Mabrut, Directrice de la délégation Adour et Côtiers de l'agence de l'eau Adour-Garonne.


Véronique Mabrut (agence de l'eau Adour-Garonne) et Eline Gosset (association Eau vive)

La convention permet de soutenir un projet intercommunal en matière d'accès à l'eau sur un ensemble de communes du Niger situées dans le canton d'Illéla. L’association Eau vive dispose d’une antenne présente depuis 25 ans sur Pau (8 antennes sur le territoire national), est localement très active dans le Béarn.

Spécialisée dans la coopération avec les pays du Sahel, l'association est forte d’une expérience reconnue de plus de 30 ans dans les projets d’eau et d’assainissement en conditions subsahariennes.


Véronique Mabrut (agence de l'eau), Eline Gosset (Eau vive) et Monique Sémavoine (Agglo)

L’objectif de ce projet, qui se déroulera sur 3 ans, est d'améliorer durablement l'accès à l'eau et à l'assainissement dans les 4 communes du canton d'Illéla en :

  • Renforçant la gouvernance communale et intercommunale des services d'eau et d'assainissement,
  • Favorisant l'accès à l'eau potable et à l'assainissement des populations des 4 communes (soit 50.000 personnes en direct, et 400.000 indirectement),
  • Sensibilisant les populations à l'hygiène et à l'assainissement.

Pau contribuera à ce projet à hauteur de 60.000 € sur 3 ans (20 000 €/an).
L’agence de l’eau Adour-Garonne apportera de son côté 100.000 €.
13.000 € seront également versés par d’autres collectivités locales.

La Loi Oudin-Santini

Véronique Mabrut, la directrice de la délégation Adour et Côtiers de l’agence de l’eau Adour-Garonne, a souligné l’importance de la loi " Oudin-Santini ". Celle-ci autorise les collectivités territoriales qui le souhaitent à affecter un maximum de 1 % des recettes propres de chacun de leur budget relatifs aux services d’eau et d’assainissement dans des projets de solidarité internationale. " C’est important que cette loi soit bien rappelée aux élus de façon à ce qu’ils puissent l’utiliser ", a-t-elle conclu.

Pour rappel : plus d'un milliard d’êtres humains sont privés d’un accès convenable à l’eau potable et plus de deux milliards et demi (près d’un tiers de la population mondiale) ne disposent pas d’assainissement. Environ 2,6 millions de personnes dans le monde meurent chaque année des suites des maladies liées à l’eau et à un environnement insalubre, 3,5 milliards boivent chaque jour de l’eau dangereuse.

http://www.eau-vive.org/fr/niger/