Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale
Imprimer

Etat des lieux sur la situation hydrologique du bassin Adour-Garonne

Le 23.07.2019

L’été 2019 connait une sécheresse décennale. Les restrictions ont été prises dans plusieurs départements de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie révélant le manque de pluies hivernales.

Au regard des faibles niveaux des cours d’eau et des nappes et des prévisions tendancielles qui annoncent un été particulièrement chaud, la vigilance est donc requise. Déjà, plusieurs bassins (en particulier ceux où aucun lâcher d’eau n’est pas possible) sont en restrictions d’usages voire en interdiction totale de prélèvement.

Le site Propluvia  met à disposition la carte des arrêtés de restrictions.

 

Comme l’ont souligné les débats lors de la seconde séquence des Assises de l’eau, un "nouveau pacte pour faire face au changement climatique" est à décliner sur les territoires.

Le grand sud-ouest, représentant plus de 20 % du territoire national sera le plus impacté par ce dérèglement climatique. L’eau deviendra un facteur limitant aussi bien pour les populations que pour le développement économique et aura des conséquences dramatiques sur les milieux aquatiques, les zones humides et la biodiversité.

 

Pour Martin Malvy, président du Comité de bassin Adour-Garonne, « Avec ce que l’on nous annonce, la vie elle-même, les activités économiques seront gravement compromises. Nos concitoyens ne mesurent pas encore la gravité des déficits en eau annoncés à échéance de 2050. On parle d’un déficit qui atteindrait 50 % de la consommation actuelle, soit 1,2 milliard de mètres cube ».

Face à cet enjeu majeur, l’agence de l’eau Adour-Garonne finance des mesures structurelles, de moyen/long terme, pour éviter ces crises récurrentes qui vont s’accentuer avec le changement climatique. Ces mesures concernent tous les usages :

  • La promotion des économies d’eau
  • L’amélioration des pratiques d’irrigation avec le choix de matériels plus performants,
  • La  lutte contre les fuites dans les réseaux,
  • La promotion vers des solutions fondées sur la nature (désimperméabilisation des sols, rôle des zones humides, verdissement des ville).

 

Pour en savoir plus sur les origines et les conséquences de la sécheresse 2019