Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale
Imprimer

De l’eau pour les territoires du Grand Sud-Ouest

Entente pour l’eau du bassin Adour-Garonne

Le 17.10.2018

Réunion de l'Entente pour l'eau du bassin Adour-Garonne à l'hôtel de région Nouvelle-Aquitaine, le 17 octobre ©Joël Marty-AEAG

Pascal Mailhos, Préfet de bassin, Martin Malvy, Président du Comité de bassin Adour-Garonne, Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, et Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, s’engagent sur la mise en place d’une action commune relative aux enjeux de la ressource en eau dans le Grand Sud-Ouest.

Une volonté : agir ensemble face à l’urgence

Le constat est simple, une fois de plus, le rapport du GIEC alerte sur les conséquences catastrophiques du réchauffement climatique, si l’augmentation de la température mondiale n’est pas limitée à 1.5 degré. Un changement climatique, qui au niveau local, a d’ores et déjà et aura des effets sur la ressource en eau, particulièrement avérés dans le grand sud-ouest. Face à l’urgence d'agir, l’État, le comité de bassin Adour-Garonne et les Régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie / Pyrénées-Méditerranée ont donc décidé d’engager une initiative forte en se mobilisant et en appelant à une action concertée sur l’ensemble du bassin Adour-Garonne et plus largement sur tous les territoires des deux régions.

Ils s’engagent ainsi à soutenir une stratégie pour la gestion de l’eau dans le Grand Sud-Ouest axée sur 5 priorités :

  • Accompagner un plan d’économies d’eau dans ses différents usages,
  • Développer les mesures fondées sur la nature,
  • Optimiser les ressources existantes et mobiliser de nouvelles ressources pour sécuriser les différents usages,
  • Soutenir l’émergence de nouvelles filières en s’appuyant sur les acquis de la recherche et des bonnes pratiques,
  • Lutter activement contre l’artificialisation et l’érosion des sols.

Ces priorités ne sont pas exclusives mais constituent des mesures qui ont un effet de levier important pour apporter une réponse au déficit en eau du bassin actuel et futur.