Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale
Imprimer

L’Agence et le Syndicat de la Diège partenaires pour préserver la qualité de l’eau potable

Le 10.04.2018

Pierre Chevalier, Président du Syndicat de la Diège, et Guillaume Choisy, directeur général de l’agence de l'eau Adour-Garonne ©Bruno Leménager-AEAG

Pierre Chevalier, Président du Syndicat de la Diège, et Guillaume Choisy, directeur général de l’Agence, ont signé un contrat pluriannuel en présence de Pascal Coste, Président du Conseil Départemental de Corrèze. L’objectif est la mise en conformité des eaux distribuées sur le territoire de l’ex communauté de communes du Pays d’Eygurande (Aix, Couffy sur Sarsonne, Eygurande, Feyt, Lamazière-Haute, Laroche-près-Feyt, Merlines, Monestier-Merlines, Saint-Pardoux le Neuf).

Pour une eau potable conforme

Sur le territoire du Syndicat de la Diège, 20 points d’eau (captages et forages) alimentent les 6 unités du territoire pour la fabrication de l’eau destinée à la consommation de 2 800 habitants. Le contrat vise à financer un important programme de travaux nécessaire à la mise en conformité des unités de distribution, notamment par les traitements de l’agressivité et de la bactériologie.

Deux tranches d’actions

L’accord définit deux tranches de travaux à engager d’ici fin 2018 d’un coût global de 2,4 millions d’euros. L’Agence s’engage à aider le Syndicat de la Diège à hauteur de 1,06 million d’euros.

La réforme territoriale en cours encourage les collectivités à se structurer à la bonne échelle de gestion, calée sur les ressources disponibles pour un nombre d’abonnés suffisant. L’optimisation de la structuration des services d’eau potable a démarré en Corrèze avec la prise de compétence du Syndicat de la Diège, qui permettra d’assurer une distribution d’eau en quantité et en qualité tout en prévoyant le nécessaire renouvellement des infrastructures.