Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale
Imprimer

Rencontre avec REVEAS, lauréat de «Mon projet pour la planète» en Adour-Garonne

Le 15.06.2018

Le domaine de Brassacou ©Guetat

Parmi les 44 lauréats de l’appel à initiatives « Mon projet pour la planète », annoncés le 31 mai dernier, figure le projet porté par l’association ariégeoise REVEAS, pour Restauration Écologique et Valorisation d’un Espace Appaméen Solidaire. Son objectif : transformer une propriété privée en un espace commun en faveur de projets environnementaux, économiques et sociaux. Adrien et Raphaël Guetat, porteurs  du projet avec leurs parents, nous en disent plus.   

Comment vous est venue l’idée de créer cet espace ?

Il s’agit à l’origine d’un projet familial de  création d’une ferme pédagogique ; en recherchant un terrain nous avons découvert Brassacou, d’une superficie de 100 hectares, sur 2 km en rive gauche de l’Ariège, préservée  de l’urbanisation de la ville de Pamiers : bord de rivière, forêts, prairies, landes, falaise… Autant d’éléments qui permettaient la mise en place de projets plus larges et la création d’un collectif.  

Quels sont les enjeux du projet ?

La prise en compte des enjeux environnementaux a été notre première motivation. L’ANA (Association Naturaliste de l’Ariège), va réaliser un répertoire de la biodiversité, faune et flore, présente sur le terrain et nous proposer un plan de gestion. Le SYMAR val d’Ariège nous accompagne également. Nous avons ensuite un objectif  pédagogique, d’éducation à l’environnement mais aussi d’éducation à une alimentation de qualité à partir d’animations que nous réaliserons avec les différents producteurs établis sur le terrain.  Ils s’installent autour de projets en agro-écologie, comme Hélène Lisse et Adrien Pinot autour d’un atelier d’élevage de chèvres et porcs noirs. Nous souhaitons créer une SCOP et sommes notamment à la recherche de partenaires en maraichage.    Ensuite, à plus long terme, notre souhait est de répondre à un objectif d’insertion sociale et professionnelle en proposant, par-exemple, des séjours de rupture, en intégrant à nos projets des personnes en situation de handicap.

A terme, nous espérons que le domaine sera autosuffisant sur le plan énergétique avec une empreinte écologique positive, sans déchets ni gaspillage, en récupération et coopération autour de différents projets et activités.

Qu’est-ce qui attend Brassacou dans les mois, les années à venir ?

Le projet est tout jeune, il nous faut encore faire un zonage plus précis du domaine, puis mettre en place la ferme pédagogique d’ici 2 à 3 ans. Nous allons rechercher de nouveaux partenaires - nous sommes ouverts à toute proposition qui s’inscrit dans le respect de l’environnement – et continuer à évoluer en véhiculant notre message : il est possible de protéger l’environnement tout en créant une dynamique économique et sociale.

Crédit photo : Guetat