Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Eau et activités économiques - Le thermalisme

Le thermalisme

Activité essentielle au développement économique du bassin Adour-Garonne, le thermalisme regroupe toutes les pratiques utilisant les eaux, gaz et boues thermales à des fins thérapeutiques.

Des eaux aux mille vertus

Les vertus thérapeutiques des eaux chaudes sont reconnues depuis l’antiquité. Les propriétés des eaux thermales varient en fonction de leur teneur en sels, gaz et minéraux.

L’appellation “eau minérale” et l’autorisation d’exploitation d’une source ne sont délivrées qu’après agrément du ministère de la Santé.

Établissements thermaux : des eaux de qualité

Un suivi de la qualité de l’eau des établissements thermaux est assuré par les services de l’Agence régionale de santé (ARS) dans le cadre des autorisations pour un usage thérapeutique, ou de buvette publique délivrées par le préfet du département territorialement compétent (Cf. articles L1322-1 à L1322-13 du code de la santé publique), ou dans le cadre règlementaire d’une surveillance régulière au titre du contrôle sanitaire (Cf. arrêté ministériel du 19 juin 2000).

Impact économique du thermalisme en Adour-Garonne

Le thermalisme participe pleinement au développement du bassin Adour-Garonne avec près de  20 000 emplois.

La région Midi-Pyrénées par exemple compte 17 stations thermales :

  • 3 en Ariège,
  • 1 en Aveyron,
  • 2 en Haute-Garonne,
  • 3 dans le Gers,
  • 8 dans les Hautes-Pyrénées.

La région Aquitaine en abrite une douzaine :

  • 6 dans les Landes, ce département arrivant au 1er rang des départements thermaux, (plus de 70 000 curistes en 2009, soit 15 % du marché national),
  • 1 en Lot-et-Garonne,
  • 5 dans les Pyrénées-Atlantiques.