Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Eau et activités économiques - La pêche professionnelle sur le bassin Adour-Garonne

La pêche professionnelle sur le bassin Adour-Garonne

La pêche professionnelle contribue à la dynamique économique et sociale des zones rurales. Elle maintient en vie un patrimoine culturel lié aux traditions de pêche et à la gastronomie.
Par leur présence continuelle sur les cours d'eau, les pêcheurs sont des observateurs privilégiés des milieux aquatiques.

Une activité en difficulté

La pêche professionnelle rencontre toutefois des difficultés dues au vieillissement des flottilles et des pêcheurs, au manque de structuration de la filière et à une insuffisance de valorisation des produits. Elle se heurte surtout à la diminution des ressources halieutiques qui voient leur stock s'effondrer et  font peser des interrogations sur la pérennité des entreprises.

Il est difficile d'évaluer actuellement l'importance économique de l'activité de pêche professionnelle  : plusieurs milliers d'emplois directs et induits seraient concernés pour un chiffre d'affaire annuel d'une centaine de millions d'euros.

La pêche fluviale et estuarienne

Environ 200 pêcheurs fluviaux travaillent sur les parties basses des fleuves et les estuaires du bassin Adour-Garonne. Cette pêcherie artisanale exploite la civelle et l'anguille, la lamproie marine, la grande alose et, sur les parties les plus à l'aval, la crevette blanche, le bar, le maigre et la sole.

Sur le bassin de l'Adour, le saumon atlantique est pêché.

Trois associations regroupent ces pêcheurs.

La pêche maritime

Les entreprises de pêche maritime sont rattachées à cinq comités locaux des pêches maritimes et des élevages marins (CLPMEM) : La Rochelle, Marennes d'Oléron, Bordeaux, Arcachon et Bayonne.

La flottille très diversifiée est majoritairement composée de petits navires pratiquant "la petite pêche" le long des côtes, dans le bassin d'Arcachon ou les estuaires.

Outre les migrateurs, les espèces ciblées varient selon les ports :

  • sole, merlu, seiche, maigre, bar et palourdes sur Arcachon,
  • espèces pélagiques à Saint-Jean-de-Luz/Ciboure : maquereaux, anchois, thons, chinchards…

Les pêcheurs, partenaires de l’agence de l’eau

Depuis plusieurs années, un partenariat est noué entre les pêcheurs professionnels et l'Agence de l'eau.

Les pêcheurs fluviaux paient des redevances à l’Agence au titre de la protection des milieux aquatiques. Les marins pêcheurs ont souhaité contribuer volontairement au budget de l'Agence, témoignant de leur détermination à faire prendre en compte la qualité des milieux aquatiques tant continentaux que marins, indispensable à leurs activités.