Aller au contenuAller au menuAller à la recherche
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement

Au service
des milieux aquatiques
du bassin Adour-Garonne

Rechercher :
Description illustration
Navigation principale

Eau et activités économiques - Pollution par les pesticides

Pollution par les pesticides

Les pesticides sont des produits utilisés pour se débarrasser d’organismes considérés comme nuisibles. Parmi les pesticides, on désigne par produit phytosanitaire ou phytopharmaceutique tous les produits destinés à l'entretien et la protection des végétaux cultivés ou à l'élimination des végétaux indésirables.

Adour-Garonne largement concerné

On estime que pour 70 % des masses d’eau superficielles du bassin risquant de ne pas atteindre le bon état chimique, nitrates, et dans une moindre mesure, pesticides, sont en cause. 38 % des masses d’eau masses d’eau souterraines n’atteindront pas le bon état 2015 pour des problèmes de pesticides.

De fortes pressions localisées sur le bassin

Les pressions dues à l’utilisation de pesticides les plus fortes sur notre bassin sont localisées sur :

  • le bassin de la Charente, qui associe un territoire viticole et des grandes cultures,
  • la vallée de la Garonne et l’aval de ses affluents de rive droite, où se combinent grandes cultures, arboriculture, vigne et cultures maraîchères,
  • les affluents gascon de la Garonne, où l'on retrouve grandes cultures et localement viticulture.

Les eaux superficielles sont toujours très impactées en nombre de molécules et en concentration. Concernant les molécules, ce sont toujours les herbicides qui sont le plus retrouvés, principalement AMPA (glyphosate) et S-Métolachlore.

Dans les eaux souterraines, on retrouve principalement des molécules herbicides dont l’utilisation est interdite. Ces détections sont représentatives d'utilisations passées et traduisent une forte rémanence de ces molécules dans l’environnement.

Des produits polluants

L’utilisation de ces produits par les agriculteurs, mais aussi d’autres utilisateurs non agricoles (jardiniers amateurs, gestionnaires de voirie et d’espace verts, réseaux ferrés, réseaux électriques, canaux, etc.) peut générer des pollutions des milieux, des sols et de l’eau. Une utilisation mal maîtrisée engendre des risques pour la santé humaine, des applicateurs en premier lieu, mais aussi de toute personne exposée, via l’eau, l’air et les résidus sur les denrées.

L’agence de l’eau et ses partenaires contribuent à la lutte contre les pollutions par les pesticides, qu’elles soient diffuses ou ponctuelles.

Des pollutions ponctuelles…

Elles sont liées à des accidents lors de la manipulation de produits et de matériels avant et après les traitements, mais aussi à une maîtrise insuffisante de la gestion des emballages ou des reliquats de produits.

… ou diffuses

Elles sont liées à de mauvaises pratiques de traitement à la parcelle (traitements systématiques, doses importantes, techniques favorisant la diffusion du produits au-delà de la cible visée, etc.), ainsi qu’à l’aménagement de l’espace et la gestion des terres facilitant le transfert des pesticides vers les eaux.

Le Plan Ecophyto 2018

L'État a présenté fin 2008 un plan d’action interministériel visant à réduire de 50 % l’utilisation des pesticides en dix ans. Il reprend et concrétise les conclusions du Grenelle de l’environnement sur les phytosanitaires. Il doit se mettre en œuvre sous plusieurs formes (réglementation, recherche, organisation de la profession, incitation à l’amélioration de pratiques des utilisateurs, formations, etc.)